Category Archives

30 Articles

À Verdun, Gilets jaunes et Marcheurs pour le climat : « Il ne faut plus réclamer le changement, il faut le provoquer »

Posted by Citoyliens on
Categories

29 avril 2019 / Franck Depretz (Reporterre)

À Verdun, une centaine de personnes seulement ont participé au Printemps du changement. La convergence entre Gilets jaunes et Marcheurs pour le climat n’a pas vraiment pris. Mais la détermination était là, et plusieurs actions de désobéissance civile se préparent.

  • Verdun (Meuse), reportage

Dimanche morne et Gilets jaunes. On est à Verdun, mais il tombe comme à Gravelotte. La base de loisirs du Pré-l’Évêque est froide et grise pour ce Printemps du changement, organisé main dans la main par des groupes de Gilets jaunes, de Marcheurs pour le climat et de la Jeunesse pour le climat (Youth for Climate) de toute la Lorraine. La centaine de participants sont à peine plus nombreux, sinon moins, que les gendarmes et policiers qui rôdent en nombre aux abords du centre-ville en ce dimanche 28 avril. Heureusement, deux « arbres d’espoirs et de revendications », bariolés de rubans de toutes les couleurs, égayent la place.

Sous l’un d’eux, John, Gilet jaune de Commercy (Meuse), rappelle que, le gouvernement a beau jouer le jeu de la division entre la justice sociale et la transition écologique, « nos mouvements ne s’opposent pas. Ils s’opposent à un système qui écrase l’homme et détruit la planète. Nous sommes complémentaires. Les deux faces d’une même pièce ». Et d’ajouter : « Comment se soucier des conditions de vie d’un être humain sans considérer l’environnement qui l’entoure ? Comment se soucier de la planète sans considérer les femmes et les hommes qui y vivent ? »

D’où l’idée d’un « rassemblement pacifique, populaire et familial », qui a germé, trois mois plus tôt, à la suite de l’Assemblée des assemblées de Gilets jaunes de Commercy« C’est le résultat de nombreuses rencontres et le début d’une convergence nouvelle,ajoute Pierrick, de la Marche pour le climat de Metz. On voulait un événement convivial adapté à la capitale mondiale de la paix. Même si on s’attendait à beaucoup plus de monde, le but était de planter une graine. C’est réussi. »

La veille, la préfecture de Meuse avait prévenu que « toute action susceptible de mettre en danger la sécurité, la santé des personnes et de troubler l’ordre public fera l’objet d’une réponse ». La menace était terrible, comme en témoignent certains messages décorant les arbres d’espoirs, comme celui de Marianne : « Macron, faut que tu partages tes richesses pour que le monde soit meilleur ! » « Elle nous a dit ça mot pour mot, hier, quand on lui demandait ce qu’elle voulait écrire », précise Maïté, sa maman, en accrochant le ruban sur les branches en bois de récupération. Car Marianne est trop petite pour y parvenir seule. Marianne a cinq ans.

Jeanne (à gauche) et Maïté : « Dès le plus jeune âge, on veut nous faire entrer dans des cases. »

Jeanne, la grande sœur, « bientôt 13 ans », est tout aussi formelle : « La première fois que j’ai entendu les Gilets jaunes à la télé, j’ai dit à mes parents : “Ils se plaignent, exactement comme vous, de la vie trop chère. Vous devez les rejoindre, c’est obligé !” C’est la seule fois, je crois, que mes parents m’ont écoutée… » Depuis décembre, donc, c’est un rituel, tous les samedis, la petite famille rejoint la quarantaine de Gilets jaunes de Longuyon, dans le nord de la Meurthe-et-Moselle. Pendant que les parents pétitionnent pour l’instauration du référendum d’initiative citoyenne (déjà 3.000 signatures récoltés « à la main ! » dans une ville de 5.000 habitants), la fille refait le monde avec d’autres jeunes de son âge. « Au collège, j’ai pas intérêt à dire que je suis Gilet jaune, les profs veulent surtout pas en entendre parler », dit Jeanne.

Son cheval de bataille ? Jeanne est contre l’instruction obligatoire à trois ans, plutôt que six ans, l’une des mesures du projet de loi « pour une école de la confiance » du ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer : « Dès le plus jeune âge, on veut nous faire entrer dans des cases, plaide-t-elle. Moi, à trois ans, on me mettait dans le fond de la classe, la prof croyait que j’étais fainéante, que je ne voulais pas lire. En réalité, j’étais dyslexique et dyspraxique. »

La délégation d’Étain, « seule ville de Meuse où la cabane des Gilets jaunes n’a pas été délogée », est venue en force. On y retrouve un ancien sidérurgiste de Longwy, une serveuse « blessée sept fois par la police depuis le début du mouvement » qui est de toutes les manifs, une aide soignante à domicile témoin de la grande précarité des personnes âgées, et même un docteur membre du Mouvement écologiste indépendant.

Sous un barnum, Marie-Sabine tient un stand « zéro déchet » sur lequel elle vend des serviettes de table, mouchoirs, sacs à courses, serviettes hygiéniques en coton bio et lavables. Le 3 mai prochain, la Marcheuse pour le climat se rendra à Metz au village écocitoyen qui se tiendra juste avant le G7 des ministres de l’Environnement, les 5 et 6 mai. « La mairie a accaparé le festival de l’environnement Écomains qu’on organisait depuis l’an passé, elle a ajouté des stands pour les banques et elle a appelé ça un écovillage », dit-elle.

« Ils sont sept, nous sommes sept milliards ! » ont d’ores et déjà annoncé les nombreux citoyens, collectifs, associations, ONG, syndicats et partis politiques qui se sont regroupés pour organiser l’Alter G7. Ce contre-sommet proposera une Marche pour la justice écologique et sociale, ainsi qu’une vélorution, et il dénoncera des projets locaux qui présentent une menace environnementale, tels que le grand contournement ouest de Strasbourg, l’usine Knauf de fabrication de laine de roche d’Illange, le projet d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure ou encore l’implantation d’Amazon au sud de Metz.

Pierrick (au micro) : « Gilets jaunes et Marcheurs pour le climat vont se retrouver sur des actions de désobéissance civile. »

Les Gilets jaunes et les Marcheurs pour le climat, ainsi que des militants communistes et des citoyens engagés, s’étaient déjà alliés, en février, pour s’opposer au projet d’Amazon de création d’une « plateforme XXL » sur une ancienne base aérienne militaire. Juste avant un conseil communautaire de Metz métropole, ils s’étaient réunis à environ 150, en surprise, pour faire une haie d’honneur aux élus qui avaient voté pour l’implantation du géant étasunien, symbole de la destruction environnementale et de l’injustice sociale.

« Les Gilets jaunes vont très vite pour s’organiser et se rassembler, parce qu’ils sont dans une situation d’urgence sociale, observe Pierrick, Marcheur et habitué des ronds-points. Les Marches pour le climat rassemblent beaucoup de monde, mais elles n’ont pas d’effet sur la politique du gouvernement. De plus en plus, je pense qu’on va aller plus loin et se retrouver sur des actions de désobéissance civile. Il ne faut plus réclamer le changement, il faut le provoquer. » Cela s’appliquera-t-il dès le week-end prochain ? Difficile de savoir à quoi va ressembler l’Alter G7 à Metz. Pierrick, en tout cas, apportera l’un des arbres d’espoirs et de revendications sur l’écovillage. Pour l’instant, il faut encore le démonter et le remballer dans la camionnette. Mais le soleil est revenu. C’est déjà ça.

Merci de partager :

Journée « terrain et réflexion » écologiques samedi 13 avril à Aubazine

Posted by Citoyliens on
Categories

CORREZE environnement vous invite à participer à une journée alliant terrain et réflexions ce samedi 13 avril 2019, à Aubazine:

– de 10H à 12H15: réunion du Conseil d’Administration ouverte à tous les adhérents : nous ferons le point écrit sur les dossiers en cours notamment l’éolien, les serres à tomates, gravières d’Argentat, coquelicots… puis travaillerons sur une proposition d’action collective « Les citoyens et les dérèglements climatique et social » dont l’objectif sera d’éclairer la problématique et de favoriser l’émergence d’actions nécessaires directement applicables sur le territoire.

– Repas collectif tiré du sac

– 13H30: accueil de Sources et Rivières du Limousin pour une balade le long des gorges du Coiroux, à la découverte du milieu naturel et des activités humaines: prises d’eau, alimentation eau potable, plan d’eau, canal des moines, pisciculture…)

Merci de nous dire si vous serez présents et si vous avez des questions à traiter soit par mail, soit par tél au 0613882731

Merci de partager :

Dénonciation citoyenne de la vente des barrages : samedi 6-04 à Bort les Orgues

Posted by Citoyliens on
Categories

Bonjour à tous,
Le samedi 6 avril 2019 un appel national est lancé à Bort Les Orgues (19110) pour lutter contre la privatisation de barrages et la vente de la France à la découpe !!
Nous faisons appel à tous pour que l’effet de masse soit au rendez-vous…
Vous trouverez en pièces-jointes les affiches (A4) et tracts (A5) pour cet évènement.
Une distribution de tracts est prévue ce samedi sur la ville concernée et Ussel. 1000 en A5 et 100 en A4 sont sortis. 

👏

Partagez et diffusez cet appel un maximum sur les réseaux sociaux, par mail et autres…
Nous faisons également appel aux » street medic » pour cet Acte XXI. Si contacts il y a n’hésitez pas à communiquer notre adresse mail moc.liamgnull@lessu.jg32al ou à nous communiquer les leurs…
TOUS ENSEMBLE !!
Merci à vous 

✊

Les Gilets Jaunes d’Ussel
PS: Assemblée Populaire ouverte à tout le monde, tous les mercredis à 18h30 au QG

Merci de partager :

Débats publics à Argentat – l’association « L’ouvre Boite » lance le défi !

Posted by Citoyliens on
Categories
Débats publics à Argentat – l’association « L’ouvre Boite » lance le défi !

L’association l’Ouvre Boite a été créée en novembre 2018 dans le but d’organiser des débats à Argentat et dans ses alentours.

Le premier aura lieu le 8 avril, affiche ci-jointe. Il porte sur le fondement-même de l’association :

  • pourquoi faire des débats en public dans une salle publique ?
  • Qu’est-ce qu’un débat ?
  • Qu’est-ce qu’on peut espérer après avoir débattu ?
  • Comment faire pour organiser des débats par la suite ?
  • Sur quels sujets ?

Si vous voulez participer d’une manière ou d’une autre, si vous avez un sujet de débat qui vous attire, vous êtes les bienvenus aux réunions de préparation ! dès ce 8 avril !

L’espace partagé de l’asso : https://we.riseup.net/louvreboite

Abonnez vous à la liste d’informations :
ten.puesirnull@etiobervuol.

Merci de partager :

Fin de la marche « climat » à Brive : rencontre avec l’élu

Posted by Citoyliens on
Categories

Vous êtes venu marcher pour le climat à Brive samedi 16 mars ? vous avez vu une délégation de citoyens être invitée à entrer dans la mairie pour s’entretenir avec un élu …

Voici l’enregistrement audio intégral de cet échange .

Vous voulez savoir à quel degré de conscience, de prise en compte du climat l’agglomération de Brive en est ? quels sont les thèmes sur lesquels elle est en travail ?

La confrontation d’hier apporte des réponses à ces questions. Notre élu Mr Fisher venu de Malemort est membre de la dizaine de personnes chargées du grand dossier de l’environnement. Les compétences sont donc « distribuées ». Il essaiera avec le directeur du cabinet du Maire de nous dérouler ses 30 diapos sur toutes les actions « environnement » de l’agglo.

Peine perdue, les citoyens l’interpellent sur le principe même de réchauffement climatique et d’atteinte à la biodiversité localement. Avec grande diplomatie l’élu essaiera pendant une heure trente de répondre et de démontrer l’honnêteté et le travail de l’Agglo. : le travail sur la centrale à biomasse, la réduction d’un tiers des déchets dans 2 ou 3 quartiers et 5 ans en avance sur l’échéance nationale, la compensation de tous les terrains articificialisés et de tous les arbres coupés … (une association locale prend RV pour avoir les chiffres).

Face aux citoyens, l’élu souhaite éviter la confrontation sur le mot vision, en disant vaut-il mieux une vision et aucun effet ou des résultats sans vision ?

Brive est un cas exemplaire en France : exceptionnelle en 3 points : degré de réchauffement, haute richesse de biodiversité, outrance de la bétonnisation

En tout cas vous entendrez se confronter un botaniste outragé porter le message de l’exceptionnelle biodiversité du bassin de Brive dont aucun document, aucune mesure, aucun crédit ne fait trace.

Les deux résultats de l’après midi

Premier résultat : la fédération Corrèze Environnement interroge les deux représentants de l’agglo sur la présence ou non d’un conseil de développement incluant des citoyens =

« Si 10 milliards d’humains vivent comme le Briviste aujourd’hui, on a perdu … »

Donc, comment éviter de faire du ping-pong entre un élu qui semble entier et vouloir agir et des citoyens qui inquiets de l’impassibilité institutionnelle sur les 2 questions climat et biodiversité ?

la loi « Notre » de 2015 prévoit qu’un conseil de développement doive exister dans les agglo de plus de 20000 habitants. Peut être est-il temps de le mettre en place ?

C’est à peut près le seul résultat à retenir de cette heure et demi de « confrontation »

L’élu ne voulait pas de « CONFRONTATION« . Pourtant, seuls les citoyens (le Pdt de l’assoc. Jardin Sauvage) avaient l’air d’être conscients de l’exceptionnelle biodiversité du bassin de Brive (aucun document de tourisme ni d’intention politique n’en fait état !!!!) (on comprend que notre spécialiste botanique local soit ulcéré d’avoir consacré 12 ans de sa vie et de travail documentaire pour une ignorance institutionnelle aussi totale)

Il est à se féliciter au contraire que ce moment ait été UNE CONFRONTATION, car le décalage mental est insupportable, confine au déni même du problème et CAUSE son accélération …

L’Agglo, par la voix de Mr Fischer se fait une fierté d’une série d’actions. Personne n’en nie le bien fondé, mais si on fait la lecture dans l’autre sens, il n’existe aucun problème de Réchauffement climatique et diminution de la biodiversité …

Minutage des différentes questions et sujets abordés lors de cette heure et demi

0min : Appel des citoyen = où est l’exemplarité de l’agglo sur les questions climat et biodiversité ?

7m36 = réponse à propos de l’aérodrome

Donner la priorité à l’activité économique est la source même du problème climatique sur la planète ET à Brive

Tout le Sud Ouest et Brive sont particulièrement concernés par le réchauffement climatique …

11m – Brive pourrait être un exemple français = Biodiversité + problème Climat + sur-urbanisation

15min – Obsolescence programmée …

18min – Problème de l’aéroport Souillac – nous contribuons tous pour des prix artificiels … c’est du vol

19m20 – retour sur les compétences de l’agglo – où sont les traces de conscience écologique ? Où sont vos intentions ?

21m – Par contre le KFC est inauguré !

22m – on ne peut pas donner l’exemple ! d’ailleurs tous les alentours de Brive sont tout vert – on assume donc de bétonner Brive pour l’emploi

23m50 – quelles sont les actions qui vont minimiser le réchauffement climatique, et la diminution de biodiversité

Les gestes responsables individuellement sont indispensables ; mais sur le plan infrastructures et plan d’action ?

Dominique Gaudefroy fait le constat qu’il n’existe RIEN depuis des années, et que pour recueillir des avis sur le shéma de cohérence écologique le responsable n’avait même pas de bureau.

(aucune réponse)

28m – Pourquoi les arbres qui vont bien sont-ils coupés ?

Cause = réseaux enterrés endommagés, mais ces arbres sont compensés …

31m – les forêts corréziennes se portent bien et sont bien replantées

32m – la ville assume la priorité des emplois et du commerce par rapport à la question de son propre réchauffement

34m – annonce de la future usine de méthanisation

37m – deux cisotyens déplorent l’absence totale d’intention en matière d’écologie et de biodiversité depuis 15ans

L’élu parle d’un champ de 35 hectares de photovoltaique et que le problème c’est le déficit de communication

38m – témoignage d’un citoyen rural – le problème de Brive ce sont ses 2 autoroutes

L’élu assume que comme Gap et Sarajevo, étant dans une cuvette il y fera chaud

43m20 – Mais pourquoi une telle absence d’arbres ? On empire systématiquement

45m – Et le recyclage des batiments existants et abandonnés – non que du neuf partout – plus de souveraineté alimentaire possible

La rivière Corrèze

59m07 – la voie verte, un itinéraire qui fait une démonstration écologique à l’envers

1h09 – Et du photovoltaique sur les batiments existants ? Brive a pu obtenir que de l’auto-consommation soit consentie dans le cadre du contrat de transition écologique (Zac de la Nau) voilà un résultat

1h12 – quelles sont les mesures de préservation de la biodiversité ?

Il n’y a pas de plan, mais par contre, la collectivité compense toute destruction de milieu.

1h13 – La compensation du golf de Brive a été compensée de façon complètement artificielle et il y a destruction d’espèces.

1h15 – Exemple du marais du Brezou – sous les ordres du conservatoire – toutes les associations concernées n’ont pas su trouver une méthode commune – au final c’est la fonction filtrante originelle qui a seule été préservée

Retour sur la question plan de préservation … où est le plan ?

Je ne le sais pas – cette responsabilité est partagée par 10 responsables – Brive n’est pas en péril

Espèces à sauver ?

Non laissez tomber les espèces.

Ok, mais par contre la possibilité du mixage génétique entre espèces est indispensable

« Fanfarons du Larzac »

1h19 – Le résultat de Brive : le zéro pesticides

On ne sait pas si il y a un plan ou pas, mais ça ne paraît pas une priorité.

Cantines locales – 1h25-15

1h27 – La bonne idée d’un individu, n’est pas forcément une bonne idée pour la collectivité Idée des bus gratuits ?

1h29 – Évocation de la mise en place d’un conseil de développement (une obligation légale absente de l’agglo)

A défaut d’une vision sur l’écologie, la mise en place de ce conseil pourrait être la réponse.

Qu’est ce qui est préférable = une vision et pas d’actes ? Ou des approches concrètes ?

.

Merci de partager :

DROIT DE QUESTIONS – Jeudi 7 mars 20h30 salle Latreille – Tulle

Posted by Citoyliens on
Categories
DROIT DE QUESTIONS – Jeudi 7 mars 20h30 salle Latreille – Tulle

à l’initiative de Peuple et Culture et de Médication Time

avec serge Quadruppani*

*Serge Quadruppani, romancier, traducteur, essayiste, écrit souvent sur le site Lundi Matin et quelquefois dans Siné Mensuel ou dans le Monde Diplomatique sur des sujets relatifs à la nécessité d’en finir avec « le capitalisme et sa civilisation.

Les gilets jaunes et le mouvement réel qui abolit les conditions présentes

Du point de vue qui nous intéresse, à savoir la critique anticapitaliste, le mouvement des gilets jaunes est un événement au sens fort : son surgissement a pris tout le monde, quidam ou spécialiste de la pensée, par surprise. On peut toujours en expliquer les causes factuelles- une histoire de taxe sur les carburants, lui dresser de manière plus ou moins convaincante une généalogie historique,enquêter et argumenter sur sa composition sociale, mais ce sera un travail d’interprétation a posteriori, et nul ne peut prétendre l’avoir prévu. Cet événement a un sens fort, donc, mais quel lequel ? Pour répondre, on s’efforcera d’abord de le replacer dans une temporalité plus longue, celle des luttes sociales dans le capitalisme français (et donc mondial) depuis 1968.

Le macronisme est une tentative d’achèvement à marche forcée de la mise aux normes ultra-libérales de la société française, dont la thatchérisation a sans cesse été ralentie en France par le fantôme de Mai 68 : la conscience, aussi bien du côté du peuple, que du côté des gouvernants qu’en descendant dans la rue, on pouvait ébranler l’État et contrer ses desseins. Si, avec les gilets jaunes,  la contre-révolution néo-libérale est relativement à la peine, malgré l’adhésion fanatique de toute l’éditocratie et des médias dominants, on le doit à ce « retard français », à cette « gréviculture » qui fait que Macron intervient à un moment où la donne, mondialement, a changé : après la crise de 2008 et ses séquelles, et dans une époque de chaos géostratégique, il ne peut s’appuyer, à la différence de Thatcher ni, sur des promesses d’actionnariat populaire, ni espérer,autour de l’enlisement des opérations sub-sahariennes, un élan patriotique comme celui de la guerre des Malouines. Même la lutte antiterroriste a du mal à fonctionner comme vecteur d’union sacrée.

Saisir le sens de l’événement gilets jaunes implique de se dessaisir de grilles d’analyse qui s’avéraient déjà depuis quelques décennies bien incommodes pour saisir la réalité et qui sont ici tout à fait inopérantes.Comprendre toutes les potentialités de ce bouillonnement impur nécessite, pour commencer, de prendre la juste mesure de la présence d’éléments antisémites, racistes et nationalistes en son sein. Sans les ignorer, ni les surestimer, il faut être conscients du danger réel qu’ils représentent pour l’avenir, celui d’un repli d’une partie de ses troupes sur des formes régressives, populistes-électoralistes, xénophobes et fascistes. Cette involution ne peut être combattue que par l’approfondissement et la radicalisation de ses tendances les plus positives. C’est ici que s’avère féconde la confrontation

à la dernière séquence de luttes (luttes de territoires contre les Grands Projets, lutte contre la loi travail avec ses cortèges de tête). Les gilets jaunes se distinguent de ces luttes en ce que, contrairement à elles, ils ne mettent en cause ni les modes de production de la richesse, ni la nature même des richesses, mais se battent presque exclusivement sur le terrain de leur répartition. Gilets jaunes, zadistes et réfractaires à la loi « Travaille ! » ont cependant en commun un point essentiel : le refus de l’exploitation. Comme le montre la lutte contre les Grands Projets et ses échanges (de slogans, de participants, d’imaginaire) avec les cortèges de tête, l’exploitation de l’homme par l’homme, l’exploitation de la femme par l’homme et l’exploitation de la nature procèdent de la même démarche. La socialité née sur les ronds-points, qui échappe au temps de l’économie, aux rôles sociaux (notamment genrés), la magnifique solidarité des manifs face à la répression, son refus obstiné de la représentation (malgré les porte-paroles médiatiquement fabriqués) donnent déjà une piste sur la manière d’en finir avec l’exploitation. C’est le propre de l’événement de nous obliger à repenser aussi bien nos outils de pensée que nos priorités d’action et, d’une façon très générale,notre emploi du temps.

Serge Quadruppani 


Derniers ouvrages parus:
Romans;

« Loups Solitaires », Ed. Métailié, 2017 ; « Sur l’Ile de Lucifer », Snagg, 2018

Essais:

« La Politique de la Peur », Le Seuil, 2011

« Le Monde des Grands Projets et ses ennemis », La Découverte, 2018

Merci de partager :

Projection documentaire La Roya – témoignage sur l’accueil des migrants – Egletons Corrèze

Posted by Citoyliens on
Categories

film documentaire la roya libre egletons l'esplanade correze

Documentaire – « Libre » de Michel Toesca à Égletons

La Roya, vallée du Sud de la France, frontalière avec l’Italie. Cédric Herrou, agriculteur, y cultive ses oliviers. Le jour où il croise la route des réfugiés, il décide, avec d’autres habitants de la vallée, de les accueillir. De leur offrir un refuge et de les aider à déposer leur demande d’asile. Mais en agissant ainsi, il est considéré hors la loi … Michel Toesca, ami de longue date de Cédric et habitant également de la Roya, l’a suivi pendant 3 ans. Témoin concerné et sensibilisé, caméra en main, il a participé et filmé au jour le jour cette résistance citoyenne. Ce film est l’histoire du combat de Cédric et de tant d’autres.

Projection suivi d’un débat avec les personnels du MLAP et de l’association LE ROC (accompagnement des migrants à Egletons).

19h au cinéma l’Esplanade à Egletons

Renseignements : 05 55 93 19 40

Merci de partager :

« Élagage » en Corrèze – réunion d’échange à Brive

Posted by Citoyliens on
Categories

« Parlons d’oiseaux et d’ arbres des bords de routes »

Nous avons le plaisir d’inviter tous ceux qui  qui souhaitent s’informer et échanger,  à participer à une réunion publique « Parlons d’oiseaux et d’ arbres des bords de routes » avec la projection du diaporama « Des Arbres des Hommes des Routes »,  JEUDI 15 novembre à 20h30 au centre culturel de Brive
Nous parlerons ensemble des bords de routes au travers des questions de biodiversité, de  réglementation et de bonnes pratiques de gestion.

Cette réunion est organisée par le Groupe Corrèze de la LPO, la diaporama a été créé par les associations de protection de la nature,  Corrèze Environnement, Limousin Nature Environnement, LPO Limousin (Ligue de Protection des Oiseaux) , GMHL (Groupe Mammalogique et Herpétologique du Limousin) en partenariat avec le  collectif réunissant des professionnels AGIRR  ( Arboristes Grimpeurs pour des Interventions Respectueuses et Raisonnées)

Notre initiative découle de la polémique qui a émergé suite aux courriers adressés par le Département aux propriétaires de terrains longeant les routes départementales, pour obligations d’élagages.
Notre démarche est pédagogique et constructive pour que les entretiens et  élagages – parfois nécessaires – se réalisent dans un juste cadre juridique et dans des conditions environnementales et économiques viables et durables pour tous.

pour aller plus loin ensemble:

Si vous souhaitez  organiser une réunion  dans votre commune, n’hésitez pas à contacter Corrèze environnement au 0613882731 ou rf.eerfnull@tnemennorivneezerroc;
d’autre part, très rapidement, le diaporama et les documents complémentaires seront disponibles sur demande.

Contact presse: Cathy Mazerm / Corrèze environnement 0613882731

Merci de partager :