CAFE–LECTURE : 1 Livre, 1 Auteur

Quand :
19 janvier 2020 @ 10h30 – 12h00
2020-01-19T10:30:00+01:00
2020-01-19T12:00:00+01:00
Où :
Place Tourny 24290 Montignac-Lascaux
Aux Berges de la Vézère

En collaboration avec la Bibliothèque François Augiéras de Montignac, la première manifestation CinéToile de 2020 sera un Café-lecture.

L’évènement se déroulera le 19 janvier 2020 à partir de 10 heures 30 au restaurant : “Aux Berges de la Vézère” (Place Tourny 24290 Montignac-Lascaux).

Autour d’un petit déjeuner offert, vener découvrir : « L’Innommable » d’Adélaïde MUKANTABANA , paru aux éditions L’Harmattan et échanger avec l’auteure.

Dans un récit mêlant autobiographie et histoire, l’auteure décrit le Rwanda d’avant le génocide, le massacre des Tutsi en 1994 dans lequel elle perd deux enfants et plusieurs membres de sa famille, et sa reconstruction après le drame. Elle dénonce la duplicité du dictateur Habyarimana, du gouvernement français, de l’Eglise catholique rwandaise et la folie des intellectuels du Hutu Power.

Adélaïde Mukantabana est une survivante du génocide perpétré contre les Tutsi. Arrivée en France en juin 1994, elle habite en Dordogne depuis 2017.

Fuyant Butaré avec deux de ses enfants, alors âgés de 2 ans, en juin 1994, elle arrive à Bordeaux. Durant des années, elle ne dit rien de ce qu’elle a vécu. Elle ne retourne au Rwanda qu’en 2007, sans ses enfants, qui ne savent absolument rien de son histoire. Ce n’est que par le biais de l’écriture qu’elle parviendra à leur parler. Actuellement, elle milite contre l’oubli des victimes de ce génocide à travers son témoignage, en particulier auprès des lycéens, et par la publication de son ouvrage « L’INNOMMABLE AGAHOMAMUNWA », en janvier 2016.  Membre fondatrice de l’association Ibuka-France “Souviens-toi”, elle a participé à la création de l’association Cauri depuis 2004, dont elle est actuellement présidente. L’objectif principal de Cauri est de rechercher la vérité, d’informer et de soutenir la mémoire du génocide des Tutsi rwandais.

Les rescapés ne sont pas nombreux à témoigner. Ils sont l’unique rempart contre le néant vertigineux qui naît de l’absence et se nourrit de l’oubli, la promesse du triomphe de l’humanité contre la haine et la mort.

C’est pourquoi la venue d’Adélaïde Mukantabana, plus de vingt-six ans après les faits, est un événement.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.