Citoyliens médiatise les 200 associations d’intérêt général local
Recevez leurs informations dans un seul email
Soutenez ce trait d’union local entre tous ceux qui veulent agir …
Précédent
Suivant

Point : la COVID et ses traitements

Coordination Santé Libre : 30000 médecins, 30000 soignants et 100000 citoyens se rassemblent pour avoir le droit de soigner la COVID

Ils sont soignants et ne sont pas dans la ligne du discours médical dominant. En rupture avec les stratégies de l’exécutif dans la gestion de la crise sanitaire, ils dénoncent ce qu’ils appellent une médecine d’Etat. 

Le collectif  “COVID 19-laissons les médecins prescrire” est né au tout début de l’épidémie en raison de l’interdiction de prescription de l’hydroxychloroquine (décret du 23 mars). À l’origine, ces praticiens de première ligne avaient deux objectifs : retrouver la liberté de prescription et échanger leurs expériences entre médecins libéraux pour être plus efficace face à un virus émergeant. Aujourd’hui, le collectif regroupe plus de 30000 médecins.

Ces professionnels de première ligne alertent sur l’importance de soigner, dès les premiers signes de la maladie, les personnes symptomatiques. Le Docteur Menat, membre du collectif et médecin homéopathe à Muret près de Toulouse se dit choqué par la gestion de la crise sanitaire.” Ils ont complètement occulté les médecins libéraux en donnant instruction aux patients de rentrer chez eux, sans soins et d’appeler le 15  en cas de détresse. Hors, il y a des traitements précoces qui peuvent éviter aux personnes vulnérables de faire une forme grave de la Covid 19, à condition d’être pris en charge tôt” estime Eric Menat.

Ce n’est pas éthique de ne pas tenir compte de l’expérience des médecins libéraux qui, dans leur cabinet, soignent les gens.

Docteur Guerin, endocrinologue et immunologiste et co-fondatrice collectif “COVID 19 laissons les médecins prescrire

Voir l’article France3 et la vidéo ici :

Le collectif plaide pour une politique de prévention. 

Selon ces médecins, la prise de Zinc, de vitamines C, de vitamines D, aurait pour effet de renforcer notre système immunitaire et permettrait, de mieux combattre le coronavirus. Une piste appuyée par certaines études internationales. Ainsi, l’ étude irlandaise citée par l’académie de médecine  montre que la vitamine D joue un rôle pour diminuer les risques de formes graves. 

Stratégies de soin préconisées face au Covid

Point sur l’ivermectine

En mai 2020, les Argentins ont démarré une expérience dans 4 hôpitaux différents, publiée en aout. 1 195 soignants au contact de patients Covid ont été suivis. 788 ont reçu de l’Ivermectine, 407 rien. Après 2 mois et demi, on a constaté 237 infections dans le groupe non traité, soit 58%, et ZERO dans le groupe traité. Résultat sans appel. Aucun problème chez les contaminés, qui ont été traités une fois malades.

Comment, pourquoi ce collectif ?

En alternative à l’interdiction de prescrire et étudier les effets de l’hydroxychloroquine, Le collectif a alors conduit une étude rétrospective qui a été expliquée dans un rapport en langue française (lien https://stopcovid19.today/2020/04/30/rapport-etude-retrospective-3-approches-therapeutiques-differentes/) Elle démontre qu’il existe des traitements efficaces pour traiter précocement les malades atteints du Covid-19. Cette étude est confortée par de plus en plus de publications dans le monde (https://c19study.com/). C’est la raison pour laquelle, plus que jamais, le collectif est vigilant sur la liberté de prescription pour les médecins de ville.

Lien vers stopcovid19.today (leur site web)

Vous aussi cette situation vous interpelle ? Rejoignez le collectif et aidez-les à faire changer les choses…

Médecins ou citoyens, qui que vous soyez, n’hésitez pas à signer le manifeste « LA 4e Voie » ! Lien https://manifestes-libertes.org/

Il faut le lire pour le croire : court article de libération à propos du collectif santé libre

Article de libération

Un test et un traitement contre la Covid mis au point par un laboratoire de Limoges

B Cell Design et sa division ArkAb sont basés à Limoges (Haute-Vienne). Neuf salariés, huit chercheurs, mais ne vous fiez pas à sa petite taille. Le laboratoire mène de grandes recherches sur la lutte contre la Covid-19 : l’une sur des tests, l’autre sur un traitement.  

Voir l’article original

Poursuite de la réduction du nombre de lits en réanimation : le taux d’occupation augmente 😉

Le Canard enchaîné nous apprend que le nombre de lits de réa en Ile-de-France est passé de 2.500 en mars 2020 à … 1700 aujourd’hui.

Bon allez, retour sur l’efficacité de l’hydroxychloroquine

C’est le second médicament le plus vendu au monde, mais boom”, les autorité françaises interdisent sa prescription car elle risquerait d’être bien plus efficace que les vaccins que le laboratoires poussent les politiciens à vendre.

Voir les sites : https://c19study.com/cahcq.html et https://hcqmeta.com/

Bilan de 197 études

Traitement précoce. 100% des études de traitement précoce rapportent un effet positif, avec une réduction estimée de 67% de l’effet mesuré (décès, hospitalisation, etc.) à partir de la méta-analyse des effets aléatoires, RR 0,33 [0,26-0,43].
Traitement tardif. Les études de traitement tardives sont mitigées, 73% montrant des effets positifs et une réduction estimée de 25% dans la méta-analyse des effets aléatoires. Les études négatives entrent principalement dans les catégories suivantes: elles montrent des preuves de confusion non ajustée significative, y compris la confusion par indication; l’utilisation est extrêmement tardive; ou ils utilisent une dose trop élevée.
Prophylaxie pré-exposition. 77% des études PrEP montrent des effets positifs, avec une réduction estimée de 36% dans la méta-analyse des effets aléatoires. Les études négatives sont toutes des études sur des patients atteints de maladies auto-immunes systémiques qui ne s’ajustent pas du tout pour les différents risques de base de ces patients, ou ne s’ajustent pas pour le risque hautement variable chez ces patients.
Prophylaxie post-exposition. 83% des études PEP rapportent des effets positifs, avec une réduction estimée de 33% dans la méta-analyse des effets aléatoires.

File d’attente de l’aide alimentaire aux étudiants

Où est passée la commission d’enquête parlementaire sur la gestion du COVID ????? 😉

Les députés LREM ont profité de leur majorité pour dissoudre la commission de l’Assemblée nationale qui suivait la gestion de la crise sanitaire et avait déjà mis en cause le gouvernement. Une mesure anti-démocratique qui va dans le sens d’une gestion autoritaire et opaque de la crise.

Voir l’article

Colchicine : un traitement précoce de plus contre la COVID

Une vaste étude lancée en mars dernier par l’Institut de cardiologie de Montréal annonce une « percée majeure » dans le traitement de la COVID-19. Ses résultats montrent que la colchicine, un anti-inflammatoire, est efficace pour traiter la maladie et prévenir des complications. Il s’agit du premier médicament oral dont l’efficacité a été prouvée pour traiter des patients avant leur admission à l’hôpital.

« On vient de fournir à la planète un espoir ! s’exclame au bout du fil le Dr Jean-Claude Tardif, chercheur principal de l’étude COLCORONA et directeur du centre de recherche de l’Institut de cardiologie de Montréal (ICM). On a finalement un premier traitement qui peut aider les patients atteints de la COVID-19 avant leur admission à l’hôpital pour prévenir les hospitalisations, prévenir les intubations et prévenir les décès. »

Chez 4159 patients qui présentaient un facteur de risque de complications et dont le diagnostic de COVID-19 avait été validé par un test PCR, la colchicine a entraîné une baisse des hospitalisations de 25 %, une baisse du besoin de ventilation de 50 % et une diminution des décès de 44 % par rapport au groupe témoin. « C’est une percée majeure », déclare le Dr Tardif.

Voir l’article

Le produit est connu depuis plus de 200 ans. Cet anti-inflammatoire à large spectre est notamment utilisé dans le traitement de la goutte. Son prix modique présentait un autre avantage.

Le médicament n’a cependant pas été approuvé par les autorités sanitaires du Canada.

Des dessins (pour la route)

Vues : 112

close

L'écocitoyenneté locale
en actes !


Abonnez-vous à la newsletter.
Rejoignez 450+ abonné·es.

Facebooktwittermail

1 réflexion au sujet de « Point : la COVID et ses traitements »

  1. Je ne vous rejoins absolument pas !
    C’est la plus monumentale des désinformations.
    Faussement scientifique.
    Tout ce qui a réussi à faire élire Trump aux USA.
    Je suis bien triste de voir que cela va se produire chez nous.
    Je ne vous souhaite pas bonne chance… ni d’attraper le Covid non plus.
    A-M C

    Répondre

Laisser un commentaire