Citoyliens médiatise les 200 associations d’intérêt général local
Recevez leurs informations dans un seul email
Soutenez ce trait d’union local entre tous ceux qui veulent agir …
Précédent
Suivant

Retour de manifestation anti-loi sécurité globale / séparatisme / état d’urgence

Facebookyoutube

Manifestation devant la sous-préfecture de Brive ce samedi 20 mars. Manif comme les autres ? exactement l’INVERSE. Nous sommes à un TOURNANT HISTORIQUE de notre démocratie et du droit en France : “Sécurité globale aménage les droits pour rendre toute forme de contestation quasi impossible. L’impact sur nos vies sera celui de multiples outils de surveillance ainsi que l’usage de la force publique pour contenir le peuple, c’est une solution de répression générale. Depuis deux ans, ce gouvernement, traversé par des crises sociales profondes, fait un usage de la loi qui n’est pas supportable ». Écoutez ce qui conerne aussi la loi séparatisme.

Intervention de la Libre Pensée 19

Le Président de l’association la Libre Pensée 19 a pris la parole en tant que co-organisateur de la manifestation.

Voici le document du discours en version téléchargeable :

Prise de parole de M.C. Caquot pour Force Ouvrière

Prise de parole de Sylvain Roch – CGT

Voici les vraies actualités gouvernementales

L’appel d’offre a été publié le 14 mars sur le Bulletin Officiel des Annonces des Marchés Publics. Le gouvernement Macron compte terminer son mandat comme il l’a commencé : sur le mode repressif. Il lance une énorme commande de nouvelles munitions pour crever des yeux et terroriser les indociles. 170 000 balles pour les LBD de sa police.

Source : Nantes Révoltée – Appel d’offre public : Journal officiel

Presque 10 fois plus que celles déclarées utilisées !

On note que, comme toujours, les chiffres de commandes d’armes de répression sont considérables, beaucoup plus élevés que le nom de tirs « déclarés » officiellement par la police. Par exemple, en 2018, année des Gilets Jaunes, avec une répression exceptionnelle, le ministère de l’Intérieur n’avait déclaré « que » 19 071 munitions tirées. Il faut croire que de nombreuses munitions utilisées sur le terrain ne sont pas déclarées dans les bilans officiels.

Précédente commande : en 2016

En mars 2016, l’État avait déjà lancé une commande exceptionnelle de « munitions de défense » de calibre 40 mm, pour un montant de 5,57 millions d’euros, et une quantité estimée à 115 000 balles. En 2017, année d’arrivée au pouvoir de Macron, des dizaines de milliers de grenades lacrymogènes étaient achetées. Puis des milliers de LBD et de fusils « multi-coup ». Plus récemment, pendant la pandémie, des dizaines de millions d’euros étaient débloqués pour d’autres grenades, des blindés tout neufs et divers outils de maintien de l’ordre. Pour mater la plèbe, écraser la population, les moyens sont illimités.

La passionante histoire du LBD et son classement arme de guerre !

Consulter l’article en cliquant (blog LE MONDE)

Vues : 75

close

L'écocitoyenneté locale
en actes !


Abonnez-vous à la newsletter.
Rejoignez 450+ abonné·es.

Facebooktwittermail

1 réflexion au sujet de « Retour de manifestation anti-loi sécurité globale / séparatisme / état d’urgence »

  1. https://www.huffingtonpost.fr/entry/le-recul-de-la-democratie-en-france-est-une-menace-pour-la-liberte-dans-le-monde_fr_605cc21fc5b66d30c7428400?ncid=other_facebook_eucluwzme5k&utm_campaign=share_facebook

    L’esprit de cette loi, dont l’objectif annoncé était de lutter contre l’islamisme radical, s’est mué en l’expression d’une idéologie de la suspicion généralisée et du contrôle.

    Interpellation de Macron !
    ” Nous exhortons le président Macron et son gouvernement à abandonner les lois “sécurité globale” et “séparatisme”.
    Des dérives autoritaires qui portent atteinte aux droits fondamentaux que la France prétend incarner.”

    Gráinne de Burca, professeure de droit, New York Univerisity law school (Irlande)
    Sébastien Chauvin, professeur associé, Université de Lausanne (Suisse)
    Noam Chomsky, professeur émérite de linguistique au Massachusetts Institute of Technology (Etats-Unis)
    Angela Davis, écrivaine et professeure émérite de philosophie, Université de Santa Cruz (Etats-Unis)
    Alfonso Pérez Esquivel, prix Nobel de la Paix (Argentine)
    Franco Fracassi, Journaliste, (Italie)
    Sonia Guajajara, femme politique autochtone et présidente de l’APIB (Brésil)
    Barbara Havelková, professeure associée de droit, Faculté de droit, Université d’Oxford, chargé de cours en droit, St Hilda’s College, Université d’Oxford (Rép. Tchèque)
    Kamel Jendoubi, activiste des droits humains (Tunisie)
    Tawakkol Karman, journaliste, prix Nobel de la Paix (Yemen)
    Eléonore Lépinard, professeure associée, Université de Lausanne (Suisse)
    Frédéric Mégret, Co-directeur, Centre sur les droits de la personne et le pluralisme juridique, Université de McGill (Canada)
    Mathias Möschel, professeur de droit, (Autriche, Allemagne)
    Fernanda G. Nicola, professeur de droit, directrice du Programme pour les organisations internationales, le droit et le développement Washington College of Law, American University (Italie)
    Ruth Rubio Marin, directeur de la Chaire UNESCO en droits de l’homme et interculturalité, Université internationale d’Andalousie (Espagne).
    Aminata Dramane Traoré, ancienne ministre (Mali)
    Chico Whitaker, altermondialiste et activiste (Brésil)
    Jody Williams, prix Nobel de la Paix (Etats-Unis)
    Jean Wyllys, ancien député fédéral (Brésil)
    Jean Ziegler, universitaire, expert Nations Unies (Suisse)
    Iphigénie Kamtsidou, Professeure de Droit Constitutionnel, Université Aristote de Thessalonique (Grèce)

    Répondre

Laisser un commentaire