Citoyliens médiatise les 200 associations d’intérêt général local
Recevez leurs informations dans un seul email
Soutenez ce trait d’union local entre tous ceux qui veulent agir …
Précédent
Suivant

Autre florilège de mars

Facebookyoutube

Les maternelles en Finlande ont construit des ′′ environnements forestiers ′′ et amélioré le système immunitaire des enfants.
En 30 jours après avoir joué dans les sols forestiers et les tas de feuilles, les élèves finlandais avaient augmenté le nombre de lymphocytes T et des bactéries intestinales beaucoup plus variées. Dans une expérience fascinante, des scientifiques finlandais ont recréé l’environnement sur un sol forestier sur les aires de jeux dans quatre crèches urbaines.
Ils ont recouvert les aires de jeux avec du sol forestier, de la mousse, de l’herbe des pré, de la bruyère naine, des bleuets et des crowberries et des boîtes de plantation installées pour les cultures annuelles
Les agents de garde d’enfants ont demandé aux enfants d’âge préscolaire de jouer dans la verdure et la terre pendant une heure et demie par jour pendant un mois.
Leurs microbes intestinaux et cutanés ont été analysés avant et après l’expérience et comparés aux enfants des crèches urbaines normales avec des aires de jeux stériles.
Après seulement 28 jours, la diversité de leurs bactéries intestinales et cutanées a considérablement augmenté, ainsi que leur nombre de cellules T et d’autres marqueurs immunitaires importants dans le sang.
Elle soutient l’hypothèse de la biodiversité et le concept selon lequel une faible biodiversité dans le milieu de vie moderne peut conduire à un système immunitaire non éduqué et augmenter ainsi la présence de troubles immunitaires. ❤️🙏
Lien pour étudier : https://advances.sciencemag.org/content/6/42/eaba2578

Confinement, à quoi bon ?

Cette crise sanitaire a permis à l’humanité de vivre l’inédit : un confinement qui a touché de près ou de loin tout le monde.Or qu’est ce qu’un confinement ? C’est un terme d’origine médiéval qui signifie le choix d’aller et de vivre au confins du monde civilisé. Une démarche souvent religieuse et spirituelle qui consistait à s’abstraire du monde afin d’aller aux confins de soi-même. Il s’agissait d’ermites, de moines, de communautés religieuses.Certes notre confinement n’est pas un choix personnel mais une décision politique pour des raisons sanitaires. Cependant, c’est bien la première fois que l’humanité est ainsi touchée par une telle vague de confinement planétaire.Une manière de D.ieu de nous dire : l’heure n’est plus à l’errance et aux divertissements insensés dans ce monde, l’heure est à la conversion. Tu ne veux pas y aller ? Je t’emmène sur ce chemin.Et je suis certain que nombre de nos contemporains on put profiter de ce confinement pour s’abstraire de leurs habitudes, se recentrer, se simplifier l’existence, et à partir du superflu de la vie d’avant revenir à l’essentiel, vers les projets d’ activités essentielles, des relations essentielles, et vie simplifiée. D.ieu est apte à nous simplifier la vie.L’autre phénomène que cette crise sanitaire a révélé est l’ampleur de la peur de la mort dans notre société. Qu’est ce que signifie cette peur de la mort ? J’y vois l’ombre de la soif, et de l’espérance d’éternité qui est en germe en tout être humain. Or qui est le Seul à pouvoir nous rendre la vie éternelle ? D.ieu Seul.La combinaison de ces deux facteurs m’invite à penser que l’humanité est en gestation d’un grand changement, et que plus que jamais il est l’heure pour nous chrétiens, d’évangéliser.

C. C.

Vues : 29

close

L'écocitoyenneté locale
en actes !


Abonnez-vous à la newsletter.
Rejoignez 450+ abonné·es.

Facebooktwittermail

Laisser un commentaire