Solidarité pour les chèvres de Monsieur Alain

Article original : https://bluebees.fr/fr/project/670-solidarite-chevres-alain

Saint Bonnet la Rivière (19) Alain Roumegieras

2 944 / 5 400€

J-14Don solidaire : Donner

La cagnotte sera versée même si le projet n’atteint pas 100% de son objectif.

A cause d’une maladie en 2018, et de la crise sanitaire actuelle, l’exploitation d’Alain est en péril ! Accompagné par Solidarité Paysans Limousin, il n’a plus d’autres solutions que de faire appel à vous pour agrandir son troupeau et remonter la pente.

bandeau-jpg.jpg

Qui suis-je ?

Je suis Alain, éleveur de chèvres laitières à Saint Bonnet la Rivière, en Corrèze, où ma famille est installée depuis plusieurs générations.

Saint Bonnet-jpg.jpgHistoriquement connu pour la production des Petit Pois d’Objat, la région est tournée vers le Sud-Ouest, de par sa proximité avec la Dordogne et son orientation vers la viticulture.

J’ai commencé par suivre des études en hôtellerieCependant, après mon diplôme, le rythme effrené du métier m’a convaincu de reprendre les 7 ha de la ferme familiale. J’ai agrandi l’exploitation et abandonné la production de veaux de lait.

Je n’imaginais pas revenir dans ce métier si ça n’était pas pour élever des chèvres ! J’ai donc acheté mon premier troupeau et j’ai commencé la production en 2000.

Présentation de la ferme

paysage bandeau-jpg.jpg

L’exploitation compte maintenant 28ha vallonnés de prairies et bois sur lesquels je produis le fourrage nécessaire à l’alimentation de mes animaux. Mes chèvres y pâturent au printemps et en été, entretenant en même temps les talus et les chemins forestiers.

Je vends le lait de mes chèvres à la petite laiterie familiale de Vars-sur-Roseix, située à 2km de mon exploitation. J’en suis le fournisseur quasi exclusif.

Je cultive en parallèle des légumes de plein champ en agriculture raisonnée. Je vends mes pommes de terre à une maison de retraite locale et dans un magasin de producteurs à Brive-la-Gaillarde.

Le début des problèmes

Malgré toute ma vigilance, en 2018, mes chèvres ont attrapé la Listériose. J’ai perdu 50% de mon troupeau, ce qui a mis mon exploitation en grande difficulté.

Continuer d’exploiter n’est parfois plus une évidence. Je n’ai pas abandonné pour autant, mais chaque coup dur impacte mon moral.

Aujourd’hui, j’ai réussi à racheter la moitié des chèvres que j’avais perdues en 2018. Mais mon exploitation n’est toujours pas suffisante pour être vraiment rentable. Si je ne réussis pas à ragrandir mon troupeau, la survie de mon exploitation n’est pas assurée. En mars 2020, suite à l’insuffisance de ma production, mon exploitation a déjà failli être mise en liquidation judiciaire.

J’ai un fils de 9 ans, qui vient me retrouver à chaque période de vacances scolaires. La première fois qu’il est entré dans la chèvrerie, les chèvres, curieuses de nature, sont venues l’accueillir. Il a d’abord eu très peur, mais peu à peu, il a repris confiance.

fils-jpg.jpg

A présent il adore m’aider à soigner les chevreaux.

Je souhaite lui offrir de pouvoir continuer de soigner les chèvres pendant encore de nombreuses années, mais l’état de mon élevage rend ce rêve incertain.

La crise du COVID-19 actuelle met également mon exploitation en danger. La laiterie a vu ses ventes diminuer avec la fermeture des restaurants puis des marchés de plein vent. Si les ventes diminuent de façon vraiment drastique, mon lait n’aura plus de débouché assuré. Les prévisions pour les semaines à venir sont donc plutôt pessimistes et menaçantes pour mon exploitation.

Le projet : racheter des chevrettes !

Mon besoin urgent est de reconstituer mon troupeau de chèvres. Pour cela, je souhaite racheter des jeunes chèvres, qui seront en pleine production et qui me permettront d’avoir une meilleure production de lait. Cela permettra ainsi à ma ferme de repartir d’un bon pied et de sécuriser ma production.

  • Avec  5 400 €, je pourrais acheter 18 chevrettes, ce qui me permettra de continuer d’approvisionner la laiterie.
  • Avec 9 000 €, je pourrais racheter les 30 chevrettes dont j’ai besoin. Je pourrais ainsi vraiment sécuriser ma production ainsi que celle de la fromagerie.

C’est pourquoi je me tourne vers vous. Je fais appel à votre générosité pour aider ma ferme à retrouver un équilibre.

N’hésitez pas à venir me rendre visite : je vous montrerai l’exploitation et vous inviterai à m’accompagner soigner les chèvres. Vous repartirez en plus avec un panier de légumes de la ferme !

chèvres-jpg.jpg

Solidarité Paysans Limousin

Alain est accompagné par Solidarité Paysan Limousin depuis deux ans. Il a fait appel à l’association dès le début de ses problèmes, comme l’ont fait plus de 500 familles limousines depuis 15 ans.

Solidarité Paysans accompagne des agricultrices et agriculteurs dans leur recherche de solutions pour maintenir leur exploitation, de manière gratuite et confidentielle. L’accompagnement peut prendre différentes formes, d’une aide aux démarches administratives à la médiation de conflits, en passant par la gestion de dettes et l’aide à la gestion de l’exploitation.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.