Citoyliens médiatise les 200 associations d’intérêt général local
Recevez leurs informations dans un seul email
Soutenez ce trait d’union local entre tous ceux qui veulent agir …
Précédent
Suivant

2 articles forts pour la lutte contre les pesticides (Coqueli-Corrèze)

( merci à Georges M. )

Tous les premiers vendredi du mois, des citoyens comme vous et moi se rassemblent devant leur mairie ou sur le marché de la ville pour recueillir des signature pour une pétition demandant l’interdiction des pesticides de synthèse. ( objectif 5 millions de signatures, participez en ligne ici )

Voir la page pour la Corrèze sur Citoyliens

Voici deux articles très significatifs concernant cette mobilisation citoyenne

Plus de 110 mairies décrétant une interdiction : la justice valide !

Pour la première fois en France, la question des pesticides devient un enjeu national et municipal.

Oui, on a le droit –et le devoir– de protéger la population contre le danger des pesticides! Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise, dans la banlieue parisienne, a donné raison au maire de Sceaux Philippe Alexandre, qui avait pris en mai 2019 un arrêté interdisant l’usage de ces produits de synthèse chimique sur le territoire de sa commune. Fort logiquement, estimant que cela ne pouvait être qu’une prérogative d’Etat, le préfet avait demandé au tribunal l’abrogation de l’arrêté municipal. Les juges l’ont gentiment envoyé promener, avec des arguments qui méritent d’être connus.

D’abord, le tribunal reconnaît cette évidence que la responsabilité de l’usage des pesticides incombe au ministère de l’Agriculture. A l’Etat, donc. Un tiers –le maire par exemple– ne saurait «s’immiscer dans l’exercice de cette police spéciale qu’en cas de danger grave ou imminent ou de circonstances locales particulières».

Etait-ce le cas à Sceaux? Assurément : «Il ne saurait être sérieusement contesté que les produits phytopharmaceutiques visés par l’arrêté en litige (…) constituent un danger grave pour les populations exposées». Et notamment «ces populations vulnérables parmi lesquelles les enfants qui sont accueillis dans huit crèches, huit écoles, deux collèges et quatre lycées ainsi que les personnes âgées résidant notamment dans les quatre établissements de santé». Conclusion sans appel: la demande du préfet des Hauts-de-Seine est rejetée, et l’Etat est même condamné à verser 1500 euros à la ville de Sceaux. Champagne?

Voir l’article intégral sur NOUS VOULONS TOUS DES COQUELICOTS

Quelque chose d’important est en train de basculer en France!

Résumons: le 12 septembre 2019 paraît le livre ‘Le crime est presque parfait’, qui raconte les abominables accointances de l’ANSES avec le lobby des pesticides. Et fait éclater au grand jour le scandale des SDHI.

L’ANSES? C’est notre grande agence de sécurité publique, celle censée nous protéger tous contre tant d’empoisonnements possibles. Les SDHI? Ce sont des fongicides utilisés partout en France –vigne, arbres fruitiers, semences, pommes de terre, tomates, terrains de foot– contre des champignons pathogènes dans les récoltes. Or,

quand l’ANSES est alertée par des scientifiques de réputation mondiale de la très préocupante toxicité des SDHI, elle fait la morte… puis évacue le problème par un rapport d’experts inepte(s).

Et voilà que paraît le 8 novembre dans Plos One, une revue scientifique de référence internationale, une étude qui fracasse le cadre.

Menée par une équipe de l’INSERM à laquelle se sont joints d’autres chercheurs, dont certains à l’INRA, grand institut public, elle montre que

les SDHI sont très toxiques pour tout ce qui vit.

Bien au-delà des champignons, ce poison s’attaque aux cellules du ver de terre –si utile à la fertilité du sol-, de l’abeille –déjà massacrée par les néonicotinoïdes– et de l’homme.

Le CNRS, qui est notre grand Centre de la recherche scientifique, embraie aussitôt et valide le travail dans un communiqué dont le titre explicite est : «Les fongicides SDHI sont toxiques pour les cellules humaines».

Oui, la santé de l’homme est une nouvelle fois menacée. Et particulièrement celle de ceux déjà affaiblis par la maladie d’Alzheimer. Pire si c’est possible, l’étude des chercheurs démontre que les tests réglementaires, pour des raisons qui restent à expliquer, sont impuissants à montrer les dangers des SDHI.

Attention, cette histoire n’est pas seulement folle, elle est aussi insupportable. En effet, l’ANSES n’aurait jamais dû accorder les autorisations d’utiliser les SDHI. Car dès 1976, une étude montrait leur dangerosité sur les mammifères, dont nous sommes tous.

Et une autre de 2012, pourtant financée par l’ANSES elle-même, décrivait la génotoxicité –une action délétère sur les gènes– d’un des principaux SDHI, le bixafen.

Toutes ces histoires rassemblées signifient une seule et même chose: la science a parlé. Et d’une seule voix, elle exige le retrait du marché de pesticides dangereux pour tous.

En face, une bureaucratie irresponsable s’accroche au déni et à la désinformation, refusant de jouer le rôle éminent que la société lui a pourtant confié.

Le mouvement des Coquelicots en appelle aux plus hautes autorités de la République: ne répétez pas la tragédie du médicament Mediator. Retirez ces saletés des champs et des poumons des paysans et des riverains.

Nous affirmons ici que tout responsable public devra rendre compte de son (in)action.

Rappel : liste des mobilisations Coquelicots en Corrèze

Voir la page COQUELICOTS 19 sur Citoyliens

Hits: 1

Facebooktwittermail

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.