Infos éco-citoyennes Sud Corrèze et proximité

Forêt nourricière, ferme collective et lieu éducatif … Terre à Terre

Retour à Terre à Terre, partenaire de Citoyliens

Sept ans après notre premier reportage sur le démarrage du projet à Mansac, nous retournons à la ferme “Terre à Terre”, chez Dimitri Kestelyn et sa compagne Charlène, devenus parents en 2022.

C’est l’occasion de faire un bilan de l’évolution des plantations et de l’activité agricole en mode “jardin-forêt“, mais aussi celui du bilan humain et de l’avenir de la ferme collective.

Rappelons que Terre à Terre fait partie des partenaires de Citoyliens.

Voici donc la vidéo disponible sur notre chaîne Youtube.

La promesse d’abondance est tenue

Les résultats sautent aux yeux : Des amandiers majestueux s’étirent sur 7 mètres, côtoyant des muriers, des manguiers, des baies de goji, des lianes de kiwi, des goyaves, des amélanchiers, des pêchers, des pruniers, des karaganiers, des arbres de judée et bien d’autres. Cette abondance est le résultat d’années de formation aux fraternités ouvrières et d’un tour du monde de nombreuses exploitations agricoles en permaculture.

Les choix de design se sont avérés pertinents. L’étagement des variétés d’arbres fruitiers permet de pratiquer des récoltes un rang par mois : de la culture de noisetiers aux vignes, framboisiers, passiflores, rhubarbes, kiwais, agrumes et bananiers, chaque coin de la ferme respire la diversité et l’abondance naturelle.

La serre froide et les animaux de la ferme

La ferme est en train d’être complétée par une serre froide avec inertie thermique par cuve à eau, murs en bois cordé, pour cultiver des avocatiers, papayers …

Un certain nombre d’animaux continuent d’être présents à la ferme : des cochons vietnamiens, des moutons du cameroun, des moutons ouessants, des oies, poules …

Dimitri témoigne aussi des moments de doute qui ont parfois ébranlé sa confiance en la nature et la qualité de son design initial.

Lieu éducatif et oasis de bienveillance

Depuis 2020, Charlène et Dimitri ont donné une nouvelle orientation au projet : la ferme est devenue lieu d’éducation. Étant tous les deux éducateurs professionnels, ils ont choisi d’accueillir 1 à 4 adolescents en sortie de protection de l’enfance, Les jeunes que nous accueillons sont souvent descolarisés et en absence de projet. Le cadre atypique de la ferme en transition vers la permaculture sert de médiation et de support d’activité avec les jeunes.

Ils se donnent la mission de les accompagner à retrouver un rythme et de les aider à se valoriser par des actions concrètes. Ils les aident à gagner en autonomie dans leur quotidien, leurs déplacements et leurs démarches, en partageant et organisant des moments conviviaux avec eux, tel que des vacances et des voyages.

Partager les temps forts de la ferme

Terre à Terre reste donc un lieu de vie collective où les chemins de vie se croisent entre membres permanents et occupants temporaires.

A dix minutes de la ville de Brive, dans ce coin de campagne, Terre à Terre organise plusieurs fois dans l’année des concerts, rencontres, ateliers , ventes à la ferme… certains sont annoncés dans le calendrier Citoyliens, mais le mieux est de s’abonner à leur page Facebook (cliquez)

“Terre à Terre” démontre le bien fondé d’une permaculture humaine autant qu’agricole. La ferme continue à croître, à inspirer, et à prouver que l’union avec la nature peut créer un équilibre harmonieux et un avenir plus durable.

Views: 423

1 réflexion au sujet de « Forêt nourricière, ferme collective et lieu éducatif … Terre à Terre »

  1. “La terre nous apprend plus sur nous que tous les livres. Parce qu’elle nous résiste. L’homme se découvre quand il se mesure avec l’obstacle.”
    Alors continuez à mouiller le maillot et rêver d’accrocher votre charrue à une étoile!
    Un seul mot Bravo!

    Répondre

Laisser un commentaire